En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à réaliser des statistiques de visites. Consulter notre politique de confidentialité.

Accepter





85% des clients sont "très satisfaits" de leur opticien Expert en Santé Visuelle

Les opticiens Experts en Santé Visuelle plébiscités 

Avec 97% de Français satisfaits de leur accompagnement, dont 85% de très satisfaits, les opticiens Experts en Santé Visuelle creusent l’écart avec leurs confrères : 53% de clients satisfaits des chaines, 68% pour les clients des indépendants.

Les raisons de ce véritable plébiscite ?

Les opticiens Experts en Santé Visuelle forment une communauté de professionnels diplômés, ayant à cœur de se former en continu sur les nouvelles pathologies et technologies liées à l’optique. Attentifs aux besoins de leurs clients, ils ont la volonté de leur proposer des solutions pérennes. Si 79% des clients ESV sont très satisfaits du conseil de leur opticien sur les verres, ils sont également 77% à être très satisfaits de ses prestations en santé visuelle.

Des scores qui favorisent un taux de fidélisation et de recommandation élevé. Ainsi ils sont plus d’un Français sur deux à déclarer qu’ils retourneraient volontiers chez le même opticien indépendant, et même jusqu’à 8 sur 10 lorsqu’il s’agit d’un opticien ESV. Ce qui permet au NPS (Net Promoter Score) d’atteindre un niveau de 70 chez les opticiens ESV, contre 38 chez les enseignes.

Des Français soucieux des effets néfastes des écrans sur leur vue

L’étude des Experts en Santé Visuelle de 2019 le confirme : les Français sont préoccupés par leur santé visuelle (97% des sondés l’affirment). Plus d’1 sondé sur 2 indique notamment ressentir une gêne oculaire, qui persiste malgré le port d’un équipement correctif.

Une préoccupation qui les amène à s’interroger quant à l’impact de l’évolution de leur mode de vie, ainsi que celui de leurs habitudes quotidiennes, sur leur vue. Ils sont ainsi 84% à estimer que les écrans abîment leur vue, un chiffre en constante hausse depuis 2016.

Face à ce constat, les Français ressentent la nécessité de s’équiper de façon spécifique : plus d’un sondé sur deux est prêt à payer davantage pour mieux se protéger des écrans. Ceux-ci seraient prêts à débourser en moyenne 44 euros de plus pour cela.

Le syndrome de déficience numérique, qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les solutions des opticiens Experts en Santé Visuelle ?

Le syndrome de déficience numérique, également appelé Digital Eyestrain Symptoms, existe depuis l’apparition des écrans d’ordinateurs, mais est clairement identifié en 2007. Il correspond à la fatigue visuelle de nos yeux, sursollicités par les écrans numériques qui font notre quotidien, par leur lumière bleue, et notamment par le smartphone et ses applications. Ainsi, au-delà de notre seule façon de travailler, c’est notre mode de vie dans son ensemble qui évolue. La tête penchée sur nos écrans notre posture change, ce qui peut engendrer des troubles musculo-squelettique comme des troubles visuels.

Dans une logique de formation, le Groupe All a créé et propose désormais aux opticiens ESV et à tous les visiteurs du Silmo 2019, de se former au Syndrome de déficience numérique.

Christophe Fontvieille, enseignant-chercheur en Optique Physiologique à l’Université de Nîmes donnera deux conférences (voir ci-dessous) afin de sensibiliser sur ce nouveau mal oculaire.

« Avec le développement exponentiel des nouvelles technologies, le temps passé devant les écrans ne fait qu’augmenter, au domicile comme au travail. Indépendamment des effets néfastes de la lumière bleue, dont les Français ont de plus en plus conscience, cette utilisation prolongée des écrans n’est pas sans conséquences sur leur vue. C’est ce qu’on appelle le syndrome de déficience numérique. Les opticiens experts en santé visuelle sont formés pour la prise en charge globale de ce syndrome.

C’est notre rôle de prendre en compte ces nouveaux usages et de proposer à nos clients des équipements répondant au mieux à leurs besoins de protection, selon leur mode de vie. », commente Stéphanie Dangre, présidente du Groupe All.

Rédacteur : Isabelle Fenet